Jardiniers, paysagistes, nous sommes des acteurs majeurs de la gestion de l’environnement grâce à la création, l’entretien et l’aménagement de jardins ou d’espaces paysagers. En nous engageons vers le « zéro phyto » nous devenons les promoteurs d’un jardinage plus vert.

 

Depuis le 1er janvier 2017, le plan Ecophyto de la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte impose aux collectivités territoriales et aux établissements publics ou privés de ne plus utiliser ni faire utiliser des produits phytosanitaires pour l’entretien des espaces verts, des jardins et des voiries.

Les particuliers sont également concernés par cette loi puisque la vente en libre-service de pesticides chimiques n’est plus autorisée depuis le 1er janvier 2019, la vente et l’usage de ces produits dangereux sont donc interdits pour les professionnels comme pour les  particuliers.

Nous travaillons pour les particuliers, mais également pour les entreprises et les collectivités locales (ex : Chambéry Agglo). Et c’est en déployant nos savoir-faire, en choisissant certains végétaux et certains matériaux plutôt que d’autres que l’on prend en compte l’environnement et sa biodiversité. Avec nos pratiques nous militons pour un jardinage plus respectueux de l’environnement que chacun de nos clients peut être amené à reproduire chez lui.

 

Nous avons anticipé ces décisions en utilisant des produits naturels pour nos entretiens et nos aménagements paysagers. Ainsi que certains de nos confrères, nous prouvons que des solutions alternatives aux pesticides existent.

 

Exemple d’entretien sans produits phytosanitaires :

  • l’éco-conception : une démarche préventive et innovante, mise en place dès la conception d’un espace (jardin, parc ou autre terrain végétalisé), qui permet de réduire les impacts négatifs des phytos sur l’environnement et l’ensemble de son cycle de vie, tout en conservant ses qualités d’usage. Tenez par exemple la Permaculture.

 

  • la scarification de pelouse (chaque année) : pour une régénération de la pelouse et pour limiter la pousse de « mauvaises » herbes, le feutre (ou déchet de tonte) est retiré du gazon et ajouté au compost. Cette méthode, plus respectueuse de l’environnement, permet d’aérer les racines et de supprimer les herbes non souhaitées.

 

  • l’alimentation du gazon avec un apport organique sous forme de granulat ou d’engrais liquide.
Piscine Gonthier Cognin Chambéry

Abonnez-vous !

Inscrivez-vous et recevez toutes nos actualités et promotions.

Votre inscription a bien été prise en compte ! Vous allez recevoir un mail de confirmation. (vérifiez vos courriers indésirables).